fbpx
High - tech

MyEye OrCam, l’intelligence artificielle au service des malvoyants

Destiné aux personnes atteintes de déficience visuelle, MyEye Orcam est un dispositif intelligent s’intégrant à n’importe quelle branche de lunettes et qui transforme les informations visuelles en messages vocaux. En permettant en temps réel et sans connexion de transmettre oralement les données visuelles que l’utilisateur ne voit pas (ou mal) grâce à l’utilisation de l’intelligence artificielle, MyEye vise à faciliter considérablement le quotidien des mal et non-voyants. Une petite révolution.

Orcam : de l’aide à la conduite à l’amélioration de l’accessibilité des personnes malvoyantes

Onze ans avant de créer la société Orcam basée à Jérusalem, Amnon Shashua et Ziv Aviram sont à l’origine en 1999 de Mobileye, une start-up spécialisée dans le développement de systèmes avancés d’aide à la conduite via la conception de caméras embarqués, de radars anticollisions et d’électronique de bord. Grâce à un traitement avancé de l’image en temps réel rendu possible par l’utilisation innovante de l’intelligence artificielle, les voitures équipées par leur système sont capables d’anticiper par exemple les facteurs potentiellement accidentogènes tel qu’un piéton qui traverse brusquement, un deux roues qui s’approche par la droite ou encore une voiture devant vous qui pile ou ralentit précipitamment…

Mobileye est rapidement devenu un équipementier automobile leader du secteur et un acteur majeur du développement de la voiture autonome du futur. Il n’est donc pas étonnant que la société, longtemps approchée par Google et Apple puis finalement rachetée par Intel en 2017, soit devenue les « yeux » des voitures de dizaines de constructeurs automobiles de General Motors à BMW en passant par Audi, Nissan, Ford, Volkswagen ou encore Citroën. Forts de leur expertise dans le secteur automobile, Amnon Shashua et Ziv Aviram créent Orcam en 2010 afin d’appliquer certaines de leurs technologies phares et particulièrement la vision artificielle et l’apprentissage automatique intelligent (« machine learning ») à l’accessibilité des personnes aveugles ou malvoyantes ainsi que les personnes souffrant de perte auditive.

Patchwork-MyEye_Orcam

© MyEye / OrCam

MyEye Orcam : quand voir c’est entendre

« Combien de fois dans la journée, nous avons besoin de lire, de reconnaître un visage, d’avoir l’heure ? Pour aider les personnes malvoyantes, nous avons lancé cette technologie de vision artificielle, une caméra qui se clipse sur la branche de lunettes. » résume Andrea Andry, responsable des ventes chez Orcam. Mesurant 7,6 centimètres de long et 2,1 centimètres de large pour un poids total de 22,5 grammes, le dispositif rectangulaire ressemble à une grosse clé USB et se fixe grâce à un double système magnétique à la branche de n’importe quelle paire de lunettes.

Une fois configuré, il existe trois façons d’activer l’appareil qui sont autant de façons de s’adapter aux capacités de chaque personne : par la voix, par un geste du doigt ou par l’utilisation de la barre tactile latérale légèrement texturée pour être facilement repérable et servant aussi au réglage du volume sonore. Il suffit alors au porteur de parler, de toucher la zone tactile de l’appareil ou de pointer du doigt, même approximativement, le texte imprimé ou numérique qu’il souhaite entendre. La caméra du dispositif enregistre ensuite l’image sélectionnée puis se charge de repérer le texte pour le convertir quasiment instantanément en sons par le biais d’une voix.

Cette voix, féminine ou masculine selon les préférences, est transmise par le petit haut-parleur de l’appareil qui est naturellement placé au-dessus de l’oreille. Il est également possible de connecter l’ensemble en bluetooth à des écouteurs pour plus de discrétion ou à l’inverse, à des enceintes. La vitesse de lecture est également paramétrable. A tout moment, le porteur de l’appareil peut arrêter ou mettre en pause la lecture du texte, soit en plaçant le dos de sa main face à la caméra, soit en appuyant sur la barre tactile ou par commande vocale.

@Orcam-9-1100x400

© MyEye / OrCam

L’intelligence artificielle pour faciliter l’accessibilité au quotidien

MyEye est équipé d’un processeur doté d’une intelligence artificielle qui analyse le texte capturé par la caméra et peut indiquer au porteur le mauvais positionnement du texte à lire lorsqu’il est à l’envers ou mal centré. Le traitement du texte par l’intelligence artificielle permet aussi à l’utilisateur de donner des instructions précises concernant le texte dont il souhaite avoir connaissance. Le dispositif peut par exemple lire uniquement les entrées d’un menu lorsqu’on est au restaurant ou encore les montants spécifiques d’une facture. Petite astuce également utile au quotidien : en montrant son poignet à la caméra comme si l’on regardait une montre, MyEye indique l’heure qu’il est et la date si on le souhaite.

A côté de sa capacité à lire intelligemment un texte, l’autre caractéristique principale de MyEye est de pouvoir reconnaître et identifier les visages de ses proches. Ainsi, il est possible d’enregistrer les visages d’une personne simplement en se plaçant face à elle puis en appuyant sur la barre tactile. L’appareil vous demandera alors le nom de la personne puis enregistrera votre voix. MyEye sera alors capable de vous indiquer la personne préalablement identifiée qui se trouve devant vous. Il est à noter que la base de données ainsi créée est entièrement cryptée pour assurer la sécurité des données personnelles.

En suivant la même procédure que l’enregistrement des visages, l’appareil d’Orcam peut reconnaître n’importe quel objet auparavant enregistré. Il dispose aussi d’une base de données préenregistrées qui peut fournir des informations lorsque l’on se place face à un code barre, un QR code ou encore des billets de banque. Il est bien entendu possible d’étoffer la base données en enregistrant soi-même les codes-barres. Enfin, l’utilisateur peut avoir connaissance de la couleur d’une zone précise de son champ de vision en pointant l’endroit voulu avec son doigt.

MyEye 2 d’OrCam

https://vimeo.com/530376399
@Orcam-4-1920x1237

Auréolé de nombreuses récompenses (prix de l’innovation du Consumer Electronics Show, Silmo d’Or, top des meilleures inventions 2019 du Time…), l’appareil conçu par Orcam, disponible en 25 langues et 48 pays, se décline en deux options : le MyEye PRO et le MyEye smart. Ce dernier présente les mêmes caractéristiques que le MyEye PRO mais ne dispose pas de la fonction de reconnaissance des visages. Enfin, il existe un nouveau dispositif Orcam read, destiné également aux déficients visuels et aux dyslexiques sous la forme d’un “stylo lecteur “, portable tenant dans la main.

Si les dispositifs d’Orcam sont incontestablement des outils innovants pour accroître l’autonomie des personnes atteintes d’un handicap visuel, leur prix élevé (entre 3000 et 4750 euros selon la déclinaison) reste le principal frein à leur généralisation d’autant qu’ils ne sont pas ou très peu remboursés en France par la sécurité sociale, la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) ou les mutuelles. Mais Orcam, avec le soutien de plusieurs associations, œuvre pour leur reconnaissance comme véritable outil pour améliorer l’accessibilité des personnes mal et non-voyantes.

OP_0061-1100x400

© MyEye / OrCam

Écrit par Thomas Bernard