High - tech

Les lunettes solaires à conduction osseuse

Pouvoir écouter sa musique préférée ou téléphoner en extérieur tout en ayant les oreilles libres pour rester attentif à son environnement sonore et ne pas abîmer ses tympans : c’est ce que permettent les lunettes solaires à conduction osseuse ! On vous explique comment ça marche et quels peuvent-être les nombreux avantages de cette technologie révolutionnaire.

high-tech-lunettes-solaires-conduction-osseuse-vocalskull-banniere

© VocalSkull

Qu’est-ce que la conduction osseuse ?

Le principe de la conduction osseuse (qu’on appelle aussi l’ostéophonie) repose sur une technologie qui permet de transmettre le son par le biais de vibrations directement à l’intérieur de l’oreille. Concrètement, des petits dispositifs électromécaniques (les transducteurs) placés près des tempes transforment les signaux électriques en vibrations mécaniques. Ces vibrations sont émises sur les os du crâne et envoient le son directement à l’oreille interne (plus précisément la cochlée).

Pas d’inquiétudes à avoir cependant, les derniers modèles proposant cette technologie sont parvenus à rendre les vibrations quasiment imperceptibles et n’interfèrent donc pas lors de l’écoute. Ce principe est donc très différent de notre manière habituelle d’entendre les sons qui repose principalement sur la conduction aérienne dans laquelle le son est transmis par l’air via le canal auditif et les tympans.

high-tech-lunettes-solaires-conduction-osseuse-schema-banniere

© myhumankit.org

La conduction osseuse dans l’Histoire

On retrouve pour la première fois la description du principe de conduction osseuse en 1923 dans les écrits du romancier américain de science-fiction Hugo Gernsback dans lesquels il décrit un appareil d’aide auditive qu’il appelle alors l’osophone. En remontant encore plus loin dans l’histoire, l’un des plus illustres utilisateurs de ce principe n’est autre que Ludwig van Beethoven.

Atteint d’une surdité partielle dès ses 27 ans qui évolua inexorablement en surdité totale une vingtaine d’années plus tard, le compositeur allemand a eu recours à partir du début du 19ème siècle à de nombreuses expérimentations pour tenter de contourner sa maladie et de pouvoir continuer à entendre sa musique. Parmi elles, l’utilisation d’une baguette en bois qu’il serrait entre ses dents et collait à la caisse de son piano. En percevant les vibrations acoustiques de son instrument en serrant fermement la baguette entre ses dents, il parvenait ainsi à percevoir sa musique à travers sa mâchoire !

high-tech-lunettes-solaires-conduction-osseuse-optishokz-banniere

© Optishokz

Quels sont les avantages de l’écoute par voie osseuse ?

En permettant d’écouter de la musique ou de communiquer tout ayant les oreilles libres, le premier avantage évident de la conduction osseuse est de ne pas couper le possesseur d’un tel système avec son environnement à l’opposé des casques audio traditionnels. Pas étonnant donc que les premières utilisations pratiques de cette technologie furent appliquées notamment dans le domaine militaire et plus précisément lors d’opérations tactiques où conjuguer communication et perception de son environnement est vitale.

Pour le grand public, l’émission du son par voie osseuse permet une écoute plus sécurisée lors de sa pratique sportive en extérieur, dans un milieu urbain ou tout simplement bruyant. Cette technologie présente également des avantages indéniables au quotidien lorsque l’on exerce une activité qui nécessite d’interagir fréquemment avec son entourage ou d’être à l’écoute des sons extérieurs. Dans cette logique, la conduction osseuse offre aussi des perspectives prometteuses pour les personnes non ou malvoyantes.

Parce qu’elle ne sollicite pas notre canal auditif et nos tympans, l’écoute par conduction osseuse s’adresse aussi directement aux personnes malentendantes souffrant de problèmes d’audition liés soit à la dégradation du conduit auditif soit à une surdité en rapport avec la transmission du son. L’utilisation de cette technologie est d’ailleurs largement répandue dans les appareils d’aide auditive (prothèse ou casque). Concernant les très nombreuses personnes atteintes d’acouphènes, son utilisation permet également de ne pas accentuer les désagréments liés à ce trouble de l’audition.

high-tech-lunettes-solaires-conduction-osseuse-patchwork

© Zungle

Et sur des lunettes, comment ça marche ?

Médaillé d’or au concours Lépine en 2016 pour ses casques à conduction osseuse, Aftershokz, une société chinoise qui a collaboré un temps avec Google sur le premier modèle des Google Glass, a décliné son système audio sur des lunettes solaires orientées sport qui seront disponible cette année sous le nom d’Optishokz Revvez. Le principe est simple : des transducteurs logés à l’extrémité des branches en titane se placent naturellement derrières les lobes des oreilles. Une fois les lunettes connectées en Bluetooth (ici en 4.2) à votre smartphone, l’utilisateur peut écouter sa musique ou prendre une conversation téléphonique grâce aux boutons de commande placés sous la branche droite à côté de la prise de recharge.

Dotées de microphones logés dans chacune des branches, les lunettes permettent d’utiliser les principaux assistants vocaux (Siri et Assistant Google). L’autonomie annoncée est de 6 heures en utilisation continue.
Disponibles pour le moment en 5 coloris (polarisé gris, translucide, dégradé bleu, jaune ou orange), les verres en polycarbonate sont interchangeables. Le modèle certifié IP55 (résistance aux projections fortes d’eau et à la poussière) et UV400 pèse 48 grammes, repose sur une monture en nylon TR-90 et 3 nez en caoutchouc et silicone seront livrés d’origine. Il est proposé au prix de 179 dollars.

Basée en Californie, la société Zungle propose également des lunettes solaires qui utilisent la conduction osseuse mais s’adressent à un plus large public avec leur forme inspirée des Wayfarer de Ray-Ban.
Leur seconde mouture, les Zungle V2 Viper, fonctionne quant à elle en Bluetooth 5.0, est certifiée IPX4 (résistances à la sueur et aux projections d’eau), pèse 50 grammes et propose environ 4 heures d’autonomie en continu. Trois coloris sont disponibles pour la monture en plastique (blanc, noir et gris) et les verres polarisés UV400 en polycarbonate sont disponible en 8 couleurs. Les transducteurs se placent à l’arrière des tempes et sont situés au milieu des branches où sont également logés les boutons de commande. A noter qu’il existe d’autres modèles reprenant globalement les mêmes caractéristiques  comme les Alien 5 de la marque chinoise VocalSkull. Les prix de vente vont de 85 à 199 euros selon le modèle choisi.

Des lunettes àconduction osseuses qui permettent d'ecouter de la musique sans se couper des bruits extérieurs

© Zungle

shema de fonctionnement des lunettes à conduction osseuse

© Zungle

Des lunettes qui permettent d'entendre le son avec les os

© Zungle

Alors ? La conduction osseuse est-elle une révolution en matière d’écoute ?

En modifiant notre façon d’écouter de la musique ou d’avoir une discussion téléphonique en extérieur ou dans un environnement bruyant, l’écoute par conduction osseuse offre de nombreuses possibilités d’utilisations jusque-là insoupçonnées pour le grand public. En offrant des perspectives nouvelles aux personnes souffrant de problème auditif (surdité lié à la transmission du son, dégradation de l’audition, acouphènes…) ainsi qu’aux non et malvoyants, cette technologie a aussi une carte à jouer en matière d’accessibilité.

D’un point de vue purement audio, si les technologies proposées pour le moment sur les différents appareils de conduction osseuse offrent une qualité d’écoute satisfaisante, elles ne permettent pas encore d’égaler des écouteurs « audiophiles » traditionnels de bonne qualité mais les progrès faits en la matière en une poignée d’années sont notables et nul doute que les améliorations seront sensibles dans les prochaines années d’autant que de nombreuses sociétés s’intéressent de très près à cette technologie.

Enfin, en matière de prévention auditive, la conduction osseuse ne fait malheureusement pas de miracle et une règle reste de mise: éviter l’écoute à volume élevé car si le son contourne bien le canal auditif et donc les tympans, elle est tout autant susceptible d’endommager l’oreille interne que des écouteurs classiques.