High - tech

Les lunettes à mise au point automatique pour les presbytes

Des chercheurs américains de l’Université de Stanford viennent de présenter leurs travaux sur des lunettes autofocales pour les presbytes permettant de voir de façon nette en temps réel quel que soit l’endroit où se porte notre regard. On vous explique en quoi ces lunettes pourraient bien devenir une alternative très prometteuse aux solutions actuellement disponibles.

Au moins 1,8 milliard de presbytes dans le monde d’ici 2050 !

L’œil humain comporte deux lentilles convergentes naturelles : la cornée et le cristallin. Ce dernier est comparable à l’autofocus d’un appareil photo : l’image formée sur la rétine reste nette quelle que soit la distance de l’objet regardé. En vieillissant, le cristallin perd inéluctablement de son élasticité et la focalisation de la vue sur les objets devient problématique. Il n’est dès lors pas très étonnant que l’origine étymologique du mot presbyte vienne du grec « presbus » qui signifie « vieux » sachant qu’une étude scientifique récente estime à au moins 1,8 milliard la population atteinte par ce vieillissement de l’œil qui se généralise vers l’âge de 45 ans !

sante-medecine-net-schema

© santé-médecine.net

Pour pallier à ce défaut d’acuité visuelle qui touche chaque année au moins 600 000 personnes supplémentaires rien qu’en France, le recours à des lunettes de lecture ou à des verres progressifs est le plus courant. Ces solutions ne sont malheureusement pas exemptes de défauts connus des presbytes : avoir des lunettes de lecture nécessite notamment de les enlever pour voir de loin et l’utilisation des verres progressifs en dehors du temps d’adaptation qu’elle requiert ne couvre pas parfaitement la vision périphérique, particulièrement importante lorsque l’on conduit par exemple.

Les lunettes autofocales comme alternative prometteuse aux verres progressifs

C’est ici que les recherches de Nitish Padmanaban, Robert Konrad et Gordon Wetzstein, trois ingénieurs et chercheurs de l’Université de Stanford peuvent intéresser les nombreux presbytes et futurs presbytes. Publiés fin juin 2019, leurs travaux en partie financés par les géants du monde numérique Intel et Nvidia pourraient en effet proposer une solution alternative convaincante aux verres progressifs. Comme le déclare l’un des coauteurs de l’étude « plus d’un milliard de personnes souffrent de presbytie et nous avons créé une paire de lunettes autofocales qui pourraient un jour corriger leurs visions beaucoup plus efficacement que les lunettes traditionnelles ».

Il s’agit en fait de lunettes équipées de capteurs dotées d’une technologie de suivi oculaire capables de suivre précisément le mouvement des pupilles pour définir constamment la zone regardée ainsi que la distance séparant celle-ci et le porteur des lunettes. Une fois tout cela calculé par un logiciel, les verres remplis d’un fluide qui réagit au courant électrique opèrent automatiquement la mise au point nécessaire. Le fonctionnement de ces verres en cristaux liquides est au final similaire au principe du cristallin : au fur et à mesure que le champ de vision change, les verres se gonflent ou rétrécissent, se dilatent ou se rétractent en devenant plus ou moins épais ce qui permet ainsi d’ajuster au mieux la mise au point en temps réel.

Autofocals: Evaluating Gaze-Contingent Eyeglasses for Presbyopes

lunettes-mise-au-point-standford

Au terme d’une série de tests de leur prototype sur 56 volontaires, les sujets ont globalement ressenti que, par rapport à des verres progressifs, les lunettes autofocales leur permettaient de lire ou d’exécuter des tâches quotidiennes diverses plus rapidement et plus efficacement. Le port de telles lunettes leur a permis d’obtenir non seulement une meilleure acuité visuelle quelle que soit la distance visualisée mais aussi une vitesse de refocalisation accrue par rapport à leurs lunettes habituelles.

schema des lunettes autofocales à mise au point automatique
des lunettes autofocales qui pourraient un jour corriger leurs visions beaucoup plus efficacement que les lunettes traditionnelles

Les lunettes autofocales : les lunettes de demain ?

Aucune des technologies utilisées par les ingénieurs de Stanford n’a été inventée par eux. On a d’ailleurs déjà parlé ici des lunettes autofocales développées par la société gantoise Morrow Optics mais contrairement à celles-ci, le dispositif américain s’ajuste automatiquement sans aucun bouton à presser. C’est en définitive la start-up israélienne Deep Optics qui semblerait proposer le modèle le plus comparable aux lunettes des chercheurs de Stanford mais l’entreprise ne communique plus sur cette technologie depuis plus de trois ans… Au final, en combinant capteurs de mouvement de la pupille et verres autofocales, les chercheurs américains semblent non seulement avoir trouvé une solution convaincante pour les presbytes mais sont aussi les premiers à avoir mis au point et testé un prototype en situation réelle.

À l’heure actuelle, ces lunettes restent cependant à l’état de prototype et ne sont clairement pas portables au quotidien. Elles sont très volumineuses, comparables à un imposant casque de réalité virtuelle et leur manque de confort constitue d’ailleurs le principal reproche fait par les participants à l’étude. La prochaine étape décisive constituera donc à réduire drastiquement la taille de la technologie. Bien que les chercheurs pensent que plusieurs années seront sans doute nécessaires pour développer des lunettes autofocales légères, éco énergétiques et élégantes, ils restent convaincus malgré tout que la focalisation automatique constitue l’avenir de l’optique corrective. Ainsi, selon les mots de Gordon Wetzstein, « cette technologie pourrait changer la vie de milliards de personnes d’une manière plus significative que la plupart des gadgets technologiques ne le fera jamais ».