High - tech

Les Form Swim Goggles

En permettant de mesurer ses performances en temps réel, les objets connectés ont en partie modifié la façon de s’entraîner de nombreux sportifs. Pour les nageurs cependant, surveiller précisément ses sessions en direct dans l’eau s’avérait jusqu’à présent mission impossible. La startup canadienne Form a lancé des lunettes connectées permettant de remédier à cela grâce à la réalité augmentée. Focus sur ces lunettes de natation d’un nouveau genre et sur son inventeur qui a misé avant tout le monde sur la réalité augmentée dans le domaine du sport.

form swim goggles, des lunettes de natation intelligentes - photo 2

© Recon Transcend

form swim goggles, des lunettes de natation intelligentes - 02

© Form Swim Goggles

form swim goggles, des lunettes de natation intelligentes - 01

© Form Swim Goggles

form swim goggles, des lunettes de natation intelligentes - photo 1

© Recon Transcend

Du ski à la natation : le pari précurseur des lunettes connectées

Si la startup canadienne Form a été créée en 2016, son fondateur Dan Eisenhardt n’en est pas à son coup d’essai dans le domaine des lunettes connectées destinées aux sportifs. Bien au contraire, sa première entreprise Recon Instruments crée en 2006 et rachetée par Intel en 2015 a fait figure de pionnier en lançant dès 2010 (soit 3 ans avant les Google Glass !) les premières lunettes connectées du marché. Les Recon Transcend se présentaient comme un masque dédié aux sports d’hiver et étaient équipées d’un GPS, d’un gyroscope, d’un capteur de température, d’un accéléromètre, d’un capteur de pression. Concentré de technologies, ce modèle permettait de connaître l’altitude, sa vitesse, la distance parcourue, le dénivelé ou encore de fournir ses coordonnées GPS en temps réel.

high-tech-les-form-swim-goggles-banniere-02

© Form Swim Goggles

Pour visualiser toutes ces informations sans quitter la piste des yeux, le modèle utilisait une technologie dénommée Head Up Display (HUD) qu’on traduit en français par l’affichage tête haute. Ce procédé permet de superposer les informations voulues à l’environnement extérieur par le biais d’un petit projecteur s’affichant dans le champ de vision de l’utilisateur. Historiquement, les premiers prototypes utilisant l’affichage tête haute remontent à la fin des années 1950 et furent au commencement utilisés dans le domaine de l’aviation militaire. Par un système de réflexion des informations sur la vitre du cockpit par l’intermédiaire d’un miroir, cette affichage permettait de visualiser les informations précieuses du tableau de bord sans avoir à détourner son regard de son parcours, réduisant ainsi la fatigue visuelle du pilote tout en optimisant sa concentration. Désormais, cette technologie au cœur de la réalité augmentée est présente dans de nombreux domaines de l’aviation civile dès le début des années 1970 (la plupart des avions en sont désormais équipés) à l’automobile (General Motors fut en 1988 le premier constructeur ayant équipé de série ses Pontiac Grand Prix d’un HUD).

high-tech-les-form-swim-goggles-banniere-01

© Form Swim Goggles

Les Form Swim Goggles : la natation à l’ère de la réalité augmentée

Jusqu’à maintenant, à moins d’enlever ses lunettes et faire une pause pour consulter une montre ou un bracelet connecté à son smartphone, les nageurs amateurs ou professionnels ne pouvaient pas disposer des informations de sa session en temps réel une fois dans le bassin. Dans tous le cas, les solutions s’avéraient peu pratiques et les données en plus d’être incomplètes manquaient parfois de fiabilité. Avec ses Form Swim Goggles, la start up canadienne change tout cela en introduisant la réalité augmentée grâce à un écran intégré à la lentille des lunettes qui fournit une surimpression d’informations précises dans le champ de vision du nageur.

Les Form Swim Goggles diffèrent de lunettes de natation standards par la présence d’un petit module disposé sur le côté d’un des verres assurant l’affichage. Le boîtier est équipé d’un accéléromètre et d’un gyroscope permettant de suivre les mouvements et détecter le type de nage pratiqué (brasse, dos crawlé, papillon et libre). Compatible Bluetooth 4.2, il autorise un fonctionnement jusqu’à 10 mètres de profondeur et la batterie dispose d’une autonomie d’une quinzaine d’heures, de quoi assurer plusieurs sessions d’entraînement sans avoir à les recharger.

high-tech-les-form-swim-goggles-recon-small-patchwork

© Form Swim Goggles

Un écosystème matériel et logiciel complets

Du point de vue du design, ces lunettes noires ressemblent presqu’en tous points à une paire classique et bénéficient d’une conception hydrodynamique parfaitement étanche. Fourni avec 5 ponts interchangeables de différentes tailles (de xs à xl) permettant de s’adapter à toutes les morphologies, le modèle dispose d’une double sangle en caoutchouc ajustable et du même revêtement anti-buée pour les verres que celui qui équipe les masques de plongée. L’imperméabilité des joints encerclant les verres est assurée par du silicone certifié par la Food and Drug Association (FDA).

Une fois connectée à son smartphone, l’application Form Swim App (android ou iOS) permet de choisir le côté des lunettes où seront projetées les informations. L’utilisateur peut ensuite régler la luminosité et ce qu’il souhaite voir s’afficher en nageant parmi une pléthore de données : vitesse, temps écoulé, distance totale parcourue, temps intermédiaire, fréquence cardiaque, nombre et fréquence de foulées, distance par foulée, calories brûlées… Une fois l’entraînement terminé, toutes les données sont synchronisées et classées chronologiquement afin de consulter sa progression. L’application assure également la compatibilité des données avec les principales applications de suivi d’activités comme Strava ou Training Peaks. L’écosystème logiciel se veut donc complet et permet d’analyser finement l’ensemble de ses performances. Disponibles sur leur site au prix de 180 euros avec la possibilité de retourner le produit dans les 45 jours suivants l’achat en cas d’insatisfaction, les Form Swim Goggles semblent offrir une solution inédite aux nageurs exigeants.

Écrit par Thomas Bernard