Focus

Les lunettes cultes de l’art

Alors que la FIAC a fermé ses portes, on s’est penché sur les lunettes que les artistes picturaux ont immortalisées. Coup d’œil dans le rétro pour mettre le focus sur les plus cultes.

focus-lunettes-artistes-andy-warhol-patchwork

© Andy Warhol

Andy Warhol : l’art de voir sans être vu

Il critiquait dans son livre The Philosophy of Andy Warhol la façon dont les lunettes standardisaient le monde en faisant voir les humains parfaitement. Mais comme sa coupe de cheveux hirsute blonde platine, ses chemises blanches et ses vêtements noirs, les lunettes font partie de l’image de marque d’Andy Warhol. L’artiste aimait les lunettes de vue et de soleil imposantes, qui lui masquaient le visage. Et le dandy assumé ne lésinait pas sur l’originalité. Ses épaisses branches transparentes sont entrées dans la légende.
Andy Warhol portait souvent un modèle très new-yorkais de la marque Moscot la Miltzen. Il ne quittait presque jamais ses binocles, des nuits en club – le Studio 54 – en passant par les évènements de la Factory qu’il a fondé. Dans cette dernière, les murs étaient recouverts d’aluminium, ce qui rendait l’endroit constamment empreint d’une violente luminosité argentée.

Les lunettes noires protégeaient le pape du pop art de cet écrin étincelant. Elles lui permettaient aussi de vaincre sa timidité pendant les mondanités. Andy aimait les stars qu’il questionnait dans son magazine (Interview) mais il n’aimait pas qu’on le regarde. Pour imiter son style, on choisit des montures de chez Mikli, l’une de ses marques fétiches. A savoir : en 2017, la marque Retrosuperfuture a collaboré avec la Andy Warhol Foundation pour élaborer une collection de lunettes de soleil imprimées d’illustrations de celui qui découvra le Velvet Underground. A chiner en seconde main pour les fans.

focus-lunettes-artistes-david-hockney-patchwork

© David Hockney

David Hockney : un grand splash de couleurs et de formes

Son œuvre la plus connue, A Bigger Splash, a inspiré le nom d’une collection solaire d’Etnia Barcelona (printemps-été 2019) nous plongeant dans une esthétique californienne et Cutler and Gross a puisé son imaginaire dans des lunettes que l’artiste portait dans les années 60. Les lunettes et David Hockney, c’est une histoire d’amour. L’amateur de couleurs (sur la toile) arbore une image identifiable au premier coup d’oeil : des cheveux décolorés, des vêtements originaux comme des polos rayés ou des sweats aux teintes kitsch, des vestons de papi, des baskets aux lacets défaits, des cravates bigarrées et surtout, des lunettes rondes ou carrées. Ce myope portait en effet toutes sortes de montures, rouges, noires, argent… Même si il a commencé à en porter avant tout pour avoir l’air plus professionnel. Il semble toujours les chérir autant que ses chiens qu’il a peint sous toutes les coutures. Une audace qu’on retrouve dans sa peinture avant-gardiste.

focus-lunettes-artistes-keith-haring-patchwork

© Keith Haring

Keith Haring : le geek du street art

Que serait Keith Haring sans ses petites lunettes rondes d’intello ? On a d’autant plus imprimé son image que l’artiste aimait se représenter dans des autoportraits qui ont fait le tour du monde et qu’il était des plus prolifiques. Le proche de Basquiat et Warhol avait façonné un style encore copié aujourd’hui. Ses lunettes lui donnaient l’air d’un nerd mais le reste de son allure était streetwear : baskets blanches, tee-shirts à impressions graffitis, jean destroy, chaussettes de sport à rayures et blouson. Depuis sa disparition, de nombreuses marques ont collaboré avec sa fondation pour célébrer son œuvre et son style : Etudes Studio, Uniqlo, Lacoste, Toms ou encore la griffe de lunettes Hawkers.